MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!

mercredi 1 juillet 2015

DES MOTS POUR L'ÉTÉ 2015

Reflets dans l'eau du marais du Parc régional des Grèves. Avouez que cela vaut une toile de Claude Monet! (Photo (C) 2015 Antoine Ouellette)
En décembre 2014, au moment de mon emménagement à Sorel-Tracy, une amie psychologue m’avait conseillé de m’accorder un an pour explorer mon nouveau milieu de vie. Voilà maintenant sept mois que j’y suis : que le temps passe vite! Alors j’explore. Je me fais des connaissances et des amis. Je visite. Dans les sites naturels – Sorel-Tracy étant la porte d’entrée de la Réserve de biosphère du Lac Saint-Pierre (UNESCO), j’ai découvert le Parc régional des Grèves, avec sa superbe pinède et un petit marais enchanteur qu’il faut chercher pour découvrir. 
Le grand marais de la Baie Lavallière
Je suis allé à la Maison du Marais où un organisme veille sur la Baie Lavallière, un immense marais aménagé : j’aime ce type de milieu naturel que je trouve apaisant et inspirant. J’ai eu droit à un tour de petit bateau dans les îles de Sorel (103 îles!) avec un guide naturaliste au cours duquel nous avons observé des Pygargues (Aigles) à tête blanche – l’emblème des États-Unis. Heureusement que ce site est protégé : les milieux humides ont été impitoyablement détruits le long du fleuve Saint-Laurent et la Rivière Yamaska, qui borde la Baie Lavallière, détient le titre peu enviable de rivière la plus polluée du Québec, gracieuseté de la puissante Union des producteurs agricoles (UPA). La vallée de la Yamaska est aux prises avec la monoculture intensive du maïs, l’épandage massif d’engrais et de purin, et trop d’agriculteurs refusent de respecter la moindre bande riveraine entre leurs cultures et les cours d’eau. Les eaux de ruissellement se jettent directement dans la rivière avec tout ce qu’elles apportent avec elles… Il semble y avoir peu de producteurs maraichers dans la région, ce qui est dommage. Au moins, il y a la ferme de la Sublime Asperge où je me suis procuré ce légume de même que de la rhubarbe de première fraîcheur. 
http://maisondumarais.org/
http://lasublimeasperge.com/

Maisons typiques du vieux Sorel
Je parcours ma petite ville à pied et à bicyclette. Je suis heureux que tous les services dont je peux avoir besoin se trouvent à proximité : ce fut un élément important dans le choix de ma maison. J’ai d’ailleurs appris que ma maison se situe dans une «zone de PIIA». Intriguant, non? Cela signifie une zone de «plans d’implantation et d’intégration architecturale», autrement dit une zone patrimoniale, ce qui implique que les propriétaires ne peuvent pas faire n’importe quoi avec leurs maisons. Le vieux Sorel est vraiment très beau avec ses nombreuses demeures plus que centenaires comme la mienne. Plusieurs villes du Québec ont sabré dans ce type de quartier, mais Sorel-Tracy a pris l’excellente décision de protéger : je connais peu de villes québécoises de la même taille qui possèdent un vieux quartier aussi beau et étendu.

Maison du vieux Sorel
Chez moi, j’ai une toute petite cour. Vraiment petite. Mais j’ai créé un espace agréable. J’ai planté des fougères, des Eupatoires (une plante indigène qui peut devenir aussi grande que moi et dont les fleurs odorantes attirent les insectes pollinisateurs – j’adore leur parfum sucré qui me fait penser à la guimauve!), des graminées décoratives, des Heuchères, deux plants de rhubarbe, une Clématite avec un treillis. Je conserve quelques plantes sauvages (certains disent «mauvaises herbes») que je trouve jolies, comme un Chardon et une Potentille de Norvège. J’ai acheté une sculpture en forme de héron et un bain d’oiseaux. J’ai aussi planté un petit arbre, qui aura 7 ou 8 pieds à maturité : une Bourdaine – un des rares arbres à avoir, à ma connaissance, un nom féminin, avec la Pruche. C’est un arbre étrange, aux propriétés médicinales d’autant plus particulières que toutes ses parties sont toxiques pour les humains – mais les chevreuils adorent ses fruits. Son feuillage est toute légèreté et ses petites fleurs jaunes attirent elles aussi les insectes pollinisateurs. Je dois en prendre soin parce que, la pauvre, elle a été attaquée par la rouille dès sa feuillaison.

Et puis cet été, je désire terminer un cycle de sept pièces pour chœur a cappella. Au moment d’écrire ces lignes, j’en ai composé six, une par mois depuis Janvier. Je vous en reparlerai… 
Autrement, juillet et août seront aussi consacrés à amorcer un nouveau grand projet pour lequel j'ai reçu récemment une très heureuse nouvelle: le feu vert, avec soutien financier. Wow! J'en dansais au plafond! Il s'agit de terminer un triptyque, mon «grand oeuvre théorique». Mais je ne vous en dis pas davantage: je suis superstitieux en cette matière.
Et pour agrémenter l'été, une petite lecture rafraichissante. Comme quoi? Je n'aime pas beaucoup les romans, sauf les policiers. Sauf aussi quelques rares auteurs triés sur le volet. Tiens! Je me suis payé la traite: un des quatre énormes volumes de l'intégrale aux éditions Actes Sud des récits et romans de mon ami Dostoïevski. Bon, je sais, vous n'aimez pas la Russie par les temps qui courent... Mais quand même, c'est Dostoïevski! J'ai acheté le premier volume (992 pages, hum), celui des débuts de l'écrivain parce que je ne connais pas cette période. Il s'agit des oeuvres que Dostoïevski a écrites avant le petit séjour en Sibérie qu'il a été forcé de faire... Aucun de ses grands (et longs) romans ne s'y trouvent, alors ce sera une découverte. Mais ses courts romans, du moins ceux que j'ai lus, sont excellents: concis, percutants, et souvent drôles. J'avais consacré un article à Dostoïevski parce que dans son roman L'Idiot, il a réalisé, sans le savoir, un extraordinaire portrait d'un jeune homme autiste, le Prince Mychkine (qui n'était pas du tout idiot soit dit en passant): 
 http://antoine-ouellette.blogspot.ca/2012/02/sante-mentale-lidiot-et-les-possedes.html

Pour le moment, je vous souhaite un bel été : mon prochain article paraîtra en septembre. Vous trouverez ci-bas la liste des articles parus sur mon site depuis Septembre 2014. Avec toutes mes amitiés!
 Toutes les photos: (C) Antoine Ouellette 2015

Sommaire des articles Septembre 2014 – Juin 2015 :
.


Juin 2015 : Russie. De quelques mauvais garnements russes. Sections : 1) Hercule Poutine 2) «La vie serait ennuyante sans les rumeurs» 3) Mon chef d’orchestre préféré : Evgueni Svetlanov 4) Monsieur Svetlanov et Tchaïkovski 5) Monsieur Svetlanov et Rimski-Korsakov 6) Et chez Brahms
http://antoine-ouellette.blogspot.ca/2015_06_01_archive.html 

Mai 2015 : Le Projet Haydn (4) : la Période mauve


.

Avril 2015 : Chanson autiste pour le printemps… et le «Mois de l’autisme». Sections : 1) La couleur des difficultés 2) Une chanson sur l'autisme, sur un air de rigaudon 3) Le Bleu, couleur de la peur 4) Pour nos propres symboles


.

Mars 2015 : Au Jardin de Gethsémani. Partition gratuite pour flûte, violoncelle et piano (électrique)



.

Février 2015 : Les grands départs (2). Séparation et nouvelle adresse à Sorel http://www.antoine-ouellette.blogspot.ca/2015_02_01_archive.html


Janvier 2015 : Les grands départs (1) : Françoise. En hommage à ma mère décédée en décembre 2014.


.

Décembre 2014 : Une histoire de Noël : le Spectre de l’autisme. Sections : 1) Encore des propos inappropriés d'un professionnel au sujet de l'autisme 2) Et vive le Mexique! Un manifeste d'avant-garde 3) Le spectre de l'autisme: un vide religieux? Texte d'Éric Bénéteau.


.

Novembre 2014 : Le Projet Haydn (3). La Période bleue.


.

Octobre 2014. Ma Suite celtique, pour harpe. Avec partition gratuite.



.

Septembre 2014 : Mentorat et Aide par les pairs en autisme