MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!



jeudi 1 octobre 2015

SYMPHONIES SACRÉES. Livre II. Pour choeur mixte a cappella (opus 48) / PARTITION GRATUITE POUR CHOEUR

PARTITION GRATUITE: NOTRE PÈRE
POUR CHOEUR MIXTE A CAPPELLA

Je vous offre la partition d'un des quatre motets pour choeur a cappella du Premier Livre des Symphonies sacrées. C'est le deuxième des quatre qu'il contient: Notre Père. Je pense qu'il contient de belles harmonies, et les choeurs qui l'ont chanté ont beaucoup aimé.
Pour obtenir la partition: 

Cette pièce est: (C) Antoine Ouellette. Si elle est jouée en concert public payant, elle doit faire l'objet d'une déclaration SOCAN (SODRAC si elle est enregistrée). 
 
Les quatre motets du Premier Livre sont édités (Finale), tout comme quatre du Deuxième Livre (voir plus loin).
Les partitions sont disponibles au Centre de musique canadienne à Montréal:
quebec@centremusique.ca ou atelier@cmccanada.org

 
SYMPHONIES SACRÉES, DEUXIÈME LIVRE.
Sept motets pour chœur mixte a cappella (opus 48)
 
J’ai terminé mon Opus 48 à l'été 2015 : le Deuxième Livre des Symphonies sacrées, une série de sept motets pour chœur a cappella. C’est la première œuvre que j’ai composé à Sorel-Tracy. Comme pour le Premier Livre (opus 24), chacune des pièces peut être jouée isolément. Mais dans les deux cas, l’ensemble peut être donné ainsi en concert, dans l’ordre des pièces que j’ai prescrit (et qui n’est pas tout à fait celui de leur composition). Dans les deux cas aussi, il s’agit d’un «livre», c’est-à-dire d’un recueil de pièces composées (en partie) à des époques différentes mais toutes (ré)écrites pour l’occasion. Il y a cependant des différences entre les deux Livres, à commencer par le nombre de pièces - quatre pour le Premier, avec une pièce en deux versions, l’une en français, l’autre en latin, et sept pour le Deuxième. La durée totale diffère aussi, évidemment : autour de 24 minutes pour le Premier et 43 minutes pour son successeur. Toutes les pièces du Premier sont en français (sauf le cas mentionné précédemment); les pièces du Deuxième utilisent le grec, le latin, l’hébreu en plus du français. 
Bien qu’ils contiennent des éléments composés à différentes époques de ma vie, les deux Livres présentent chacun un grande forme cohérente lorsqu’ils sont chantés en entier. Le Premier Livre évolue de la monodie pure (Le Cantique des créatures) jusqu’à des sonorités larges, pleines, puissantes presque comme un orgue avec des cloches dans la dernière pièce (Hymne pascale). Le Deuxième Livre possède une forme en arche. Au centre, trois pièces intenses, précédées et suivies de deux pièces contemplatives, dont l’une de style psalmodique (une mélodie sobre répétée sur des strophes de textes différents). 
 
Pour le Premier Livre, avec une pièce en PDF gratuit: http://antoine-ouellette.blogspot.com/2021/04/symphonies-sacrees-livre-1-pdf-gratuit.html
 
La partition manuscrite compte 80 pages. Ce Deuxième Livre contient les pièces suivantes dont j’ai coté le niveau de difficulté sur 10 :

1. La procession des Anges. Motet en mouvement pour voix d’hommes (stationnaires) et 4 groupes de 3 femmes en déplacement libre. Durée : c.8’30 / Niveau de difficulté : 5. Cette pièce est basée sur le Kyrie grégorien de la Messe des Anges, et les voix d’hommes le chantent, rythmé par mes soins.

2. À Marie, mère de Dieu. Motet psalmodique pour alto solo, ténor solo, et chœur mixte (chaque pupitre divisé en 4 parties). Durée : c.5’30 / Niveau de difficulté : 4. La première moitié de cette pièce provient de l’oratorio L’Amour de Joseph et Marie (opus 23, 1998), la seconde a été composée en 2015.

3. Credo [ce motet est édité via Finale]. Motet sur un texte latin, pour chœur mixte à 8 parties. Durée : c.8’30 / Niveau de difficulté 7 ou 8. La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions. C’est la pièce la plus difficile du Livre, celle que je préfère aussi.

4. Ad celebres [ce motet est édité via Finale]. Motet en forme de monodie rythmée, pour chœur mixte, avec accompagnement ad libitum de tambour à cadre et tambour de basque. Durée : c.2’30 / Niveau de difficulté : 3 ou 4.

5. Le prophète indigné [ce motet est édité via Finale]. Motet en forme de Rap, pour voix de rappeur et chœur mixte. Durée : c.4’00 / Niveau de difficulté : 5. La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions. 

6. Shalom alekhem / Que la Paix soit avec vous [ce motet est édité via Finale]. Motet pour chœur mixte, sur un texte en hébreu. Durée : 4’40 / Niveau de difficulté : 4 ou 5. La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions.

7. Le cantique d’Isaïe. Motet psalmodique pour chœur mixte à 8 parties, avec accompagnement ad libitum de carillons éoliens métalliques en coulisse. Durée : c.10’30 / Niveau de difficulté : 4

Je reprends chacune des pièces pour en donner un aperçu. 

1. La procession des Anges
Gravure de Gustave Doré
Motet en mouvement pour voix d’hommes (stationnaires) et 4 groupes de 3 femmes en déplacement libre. Durée : c.8’30 / Niveau de difficulté : 5.
 
 Cette pièce est basée sur le Kyrie grégorien de la Messe des Anges, que les voix d’hommes chantent, rythmé par mes soins. Les voix d’hommes sont stationnaires, mais quatre groupes de trois femmes (sopranos et altos) sont dispersés dans le lieu où la pièce est chantée. Ces groupes se situent aux quatre coins et doivent être aussi loin que possible du chœur des hommes. Ces douze voix de femmes ont une partition spéciale qui consiste en une variante du Kyrie divisée en 16 petites phrases, numérotées de 1 à 16. Au début de la pièce une voix de chaque groupe commence à tour de rôle à chanter cette mélodie. Le tempo est très lent (40 à la noire) et les 16 phrases doivent être chantées très librement, séparées les unes des autres d’une respiration de durée brève mais indéterminée. Lorsque les hommes chantent la première phrase du Kyrie (sur les mots Kyrie eleison, Bis), les quatre femmes continuent leur chant, mais en se déplaçant, lentement et librement dans tout l’espace, si possible même dans les allées au sein du public – l’idéal est de donner cette pièce dans une église. Idéalement aussi, chaque femme doit tenir à la main un petit cierge allumé. Le tempo du Kyrie des hommes est un peu plus vite (44 à la noire pointée). Avant et pendant la deuxième phrase du Kyrie (sur les mots Christe eleison), une autre femme de chaque groupe commence la mélodie, puis se met en mouvement. Même chose lors de la troisième, et dernière, phrase des hommes. 
À ce moment, la musique mesurée des hommes est entourée par le contrepoint libre et non pulsé des douze femmes en déplacement. Lorsqu’une femme aura terminé le cycle de ses 16 petites phrases mélodiques, elle doit rechanter ces phrases, mais cette fois dans l’ordre qu’elle désire, avec la possibilité de répéter telle ou telle phrase. La musique des femmes doit donner l’impression d’une improvisation. Vers la fin, les femmes rejoignent les hommes puis, lorsque ceux-ci ont terminé de chanter, les femmes, tout en continuant leur chant, s’en vont en coulisse, tranquillement, et disparaissent à la vue du public. Cela peut sembler compliqué dit comme ça, mais en fait c’est simple à mettre en place, et les parties vocales ne sont pas très difficiles. La grande difficulté est psychologique : il faut oser monter la pièce telle qu’elle doit être, incluant le chant en déplacement!

2. À Marie, mère de Dieu
Marie et Jésus enfant. Miniature persane.
Motet psalmodique pour alto solo, ténor solo, et chœur mixte (chaque pupitre divisé en 4 parties). Durée : c.5’30 / Niveau de difficulté : 4. 
 
Comme la dernière pièce du Livre, cette pièce est un motet psalmodique, c’est-à-dire que la forme consiste en une mélodie très simple, répétée sur des strophes de paroles différentes. Cette pratique est courante dans le chant monastique, justement pour chanter les Psaumes (livre de l’Ancien Testament contenant 150 poèmes sacrés, dits psaumes). Le dépouillement mélodique et la répétition créent un climat hautement contemplatif, car ce type de chant ne vise aucunement à «exprimer» ou «décrire» le sens littéral des mots. La première moitié d’À Marie, mère de Dieu provient de l’oratorio L’Amour de Joseph et Marie (opus 23, 1998), et les paroles sont celles du Magnificat, le cantique que Marie a prononcé lorsque l’Ange lui annoncé qu’elle aura un fils (Évangile selon saint Luc, premier chapitre, versets 46-55). Ces paroles sont douces («Le Seigneur s’est penché sur son humble servante»), mais avec des phrases fortes aussi : «Le Seigneur disperse ceux qui s’élèvent dans les pensées de leur cœur; il renverse les puissants de leurs trônes»
Une voix d’alto soliste chante ce texte. Derrière elle, des notes s’ajoutent une à une, lentement, dans les chœurs où tous les pupitres sont divisés en 4 parties. Ces notes tenues en douceur forment progressivement une immense harmonie (diatonique). Lorsque la voix d’alto a terminé, cette harmonie s’ouvre en crescendo, descend de note, puis redevient douce. Je n’ai pas voulu faire là un équivalent de ce fameux tunnel lumineux où les Anges accompagnent les âmes des défunts qu’a peint Jérôme Bosch vers 1500 (un de mes peintres préférés), mais la sonorité de ce motet en est très proche. La deuxième partie du motet a été composée en 2015. Sur l’harmonie tenue des chœurs, un ténor soliste entonne une nouvelle mélodie psalmodique, plus étrange, avec des paroles tirées des Nocturnes de la fête de sainte Marie (du Psautier bénédictin). En parallèle, la grande harmonie chorale s’estompe lentement jusqu’à disparaître, alors que le ténor chante sa dernière strophe suivie d’un Alléluia vocalisé. Tout ce motet, sauf l’Alléluia final, est en rythme verbal, donc en rythme sans mesure ni pulsation.

3. Credo
Les Pères du Concile tenant le texte du Credo chrétien.
Motet sur un texte latin, pour chœur mixte à 8 parties. Durée : c.8’30 / Niveau de difficulté 7 ou 8. La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions.
 
Motet sur un texte latin, pour chœur mixte à 8 parties. Cette pièce porte une dédicace : «Dédié aux 200 millions de Chrétiens qui, de par le monde, ne peuvent pratiquer librement leur foi, et tout particulièrement aux Chrétiens persécutés au Moyen Orient et en Afrique». Le Credo est pour chœur mixte à huit voix (2 parties de sopranos, d’altos, de ténors et de basses). La partition manuscrite compte 16 pages, pour 122 mesures (contrairement aux deux motets précédents, celui-ci est entièrement mesuré) et une durée d’environ 8’30. J’ai fait une réduction pour piano, à n’utiliser que pour les répétitions.
La pièce compte parmi ce que j’ai écrit de plus intense : j’ai rarement autant de forte et de fortissimo dans une partition! Intense, la musique est aussi tendue: je crois que c'est cet aspect qui me fait dédier cette pièces aux Chrétiens persécutés. Credo signifie Je crois: Je crois avec vous et je prie pour vous! C’est la pièce la plus difficile à chanter des sept, et les sopranos grimpent jusqu’au si bémol… La grande difficulté appartient surtout au chef de chœur, puisqu’il doit négocier pas moins de 13 changements de tempos, sans parler de quelques rallentendos

Début du Credo. Partition éditée / (c0 2015 Antoine Ouellette Socan

Credo ne compte cependant aucun chromatisme ajouté. Par contre, l’armure change 8 fois. Mais l’armure correspond rarement à celle d’une tonalité établie. Il s’agit ici d’une tonalité aérienne qui se refuse à l’affirmation d’une tonalité, tout en étant parfaitement diatonique! Une tonalité mystérieuse pour chanter les mystères de la Foi.
La musique est plus proche du texte que dans les deux pièces précédentes. Le mot Crucifixus («il a été crucifié»...) s'orne de dissonances âpres; le Saint Esprit (et in Spiritum Sanctum Dominum) gambade joyeusement aux sopranos comme une mélodie de trompette; les mots «avant tous les siècles» (Ante omnia saecula) reprennent la construction progressive d'une immense harmonie à 16 parties du motet précédent, mais télescopée sur quelques secondes seulement - et la pièce se termine de la même façon, immense et tonalement indéterminée. Je ne pouvais pas terminer ce motet sur un accord parfait, alors il se conclut avec un effet de tunnel vers la lumière mystérieuse. 


4. Ad celebres.  
Motet en forme de monodie rythmée, pour chœur mixte, avec accompagnement ad libitum de tambour à cadre et tambour de basque. Durée : c.2’30 / Niveau de difficulté : 3 ou 4. 
Je dirige Grégoria, en plein air, au centre-ville de Montréal.
Texte et mélodie proviennent d’un manuscrit anonyme du XIIe siècle : il s’agit d’une séquence en l’honneur de l’Archange saint Michel. Mon ami Mario Lord l’avait transcrite, et je l’avais rythmée à ma manière : un rythme ternaire affirmé. Lorsque je dirigeais du chant grégorien avec l’Ensemble Grégoria, nous l'avons chantée plusieurs fois.
Une séquence fonctionne ainsi : une première mélodie répétée deux fois sur des paroles différentes; une deuxième mélodie répétée deux fois sur des paroles différentes; une troisième mélodie répétée deux fois sur des paroles différentes; une quatrième, etc., et ainsi de suite. Habituellement, il n’y a pas de retour d’une mélodie déjà chantée. La rythmique des séquences demeure débattue et mystérieuse. Mais comme il s’agissait de recréer la pièce, j’ai décidé de lui donner un rythme ternaire affirmé : la noire pointée à 60. Cela peut paraître lent, mais la pièce possède une grande force motrice. Surtout qu’il faut la chanter forte (ou mezzo forte, mais pas en-dessous). De manière optionnel, je suggère qu’on la chante avec deux percussions : tambour de basque et tambour à cadre.
Fin d'Ad celebres / (c) 1992 - 2015 Antoine Ouellette Socan
 

5. Le prophète indigné. 
Motet en forme de Rap, pour voix de rappeur et chœur mixte. Durée : c.4’00 / Niveau de difficulté : 5. 

Oui, un motet en forme de Rap, avec une voix de rappeur (mais non, il ne dit pas Yo). Les choristes doivent frapper des mains ensemble et frapper des mains sur les cuisses, claquer des doigts, taper du pied, etc.! La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions. Le texte est un montage de versets tirés principalement des Psaumes 57, 82 et 108; avec quelques emprunts aux Psaumes 58 et 109, de même qu’une phrase de livre d’Amos, le «prophète maudit» - tous des textes de l’Ancien Testament. J’ai délibérément choisi ces versets pour la violence extrême de leurs images, une violence à l’encontre des enrichis qui appauvrissent les petites gens, à l’encontre de ceux qui devraient faire régner la justice de par leurs fonctions dans la société mais qui trahissent sans vergogne cette justice et persécutent les justes. Des mots d’une force inouïe. Cela m’a rappelé le bouillant syndicaliste québécois Michel Chartrand (1916-2010), un socialiste convaincu mais catholique pratiquant. Lorsqu’il a été emprisonné (à quelques prises pour avoir défié les autorités), Monsieur Chartrand apportait avec lui sa Bible et récitait les Psaumes dans son cachot! Il disait qu’il n’y avait pas de textes plus forts contre les exploiteurs de tout acabit, et il avait bien raison! Jugez-en :

Vous bâillonnez la justice, vous qui jugez!
Vos cœurs commettent le crime!
Vos mains font régner la violence!
Vos paroles ne sont que mensonges!
Dans ta colère, détruis-les! Qu’ils disparaissent!
Dieu! Brise leurs dents et leur mâchoire!
Que leurs cadavres s’entassent!
Joie pour le Juste de voir la vengeance, de laver ses pieds dans le sang des meurtriers!

 
Je suis conscient que ce texte peut causer du malaise. Mais il doit être pris au second degré, car c’est un cri de l’âme devant l’injustice flagrante. Ce texte opère une catharsis, et j’avoue avoir trouvé jubilatoire de le mettre en musique! Cela dit, cette pièce pourrait être jumelée avec la suivante qui est son contrepoids tourné vers la paix. Une phrase d’Amos, d’abord entendue en filigrane comme un cantus firmus, s’impose, puissante et imprécatoire : «Que déferle sur nous un océan de justice, et l’onde éternelle d’un torrent de droiture».

La voix du rappeur est notée rythmiquement mais sans hauteurs, et je précise que le texte doit vraiment être scandé dans le style du rap.

Sur le plan tonal aussi, cette pièce est un combat. À l’armure d’un bout à l’autre, un si bémol. Mais la pièce est vraiment en mi bémol majeur! Ce mi bémol majeur ne sera gagné qu’à la toute fin, avec un lumineux accord de neuvième majeure.

Extrait du Prophète indigné / (c) 2015 Antoine Ouellette Socan

6. Shalom alekhem / Que la Paix soit avec vous

Motet pour chœur mixte, sur un texte en hébreu. Durée : 4’40 / Niveau de difficulté : 4 ou 5. La partition comporte une réduction pour piano qui ne doit servir que lors des répétitions. 
 
Shalom, Paix, en hébreu
Après la violence de la pièce précédente, le paradoxe d’une pièce toute axée sur la paix. La musique de cette pièce dérive d’un Psaume pour orgue que j’avais composé à 18 ans. J’avais retiré cette pièce très maladroite de mon catalogue, mais j’en avais tout de même conservé le manuscrit. J’en aimais bien quelques tournures mélodiques, quelques harmonies, mais cela m’a pris beaucoup de temps avant de me décider à en faire quelque chose qui me satisfasse. Et voilà, c’est fait et, ma foi, très joli. Contrairement aux autres pièces du Livre qui sont modales, celle-ci est la plus tonale, donc la moins «dépaysante». La pièce est dans un Ré majeur qui tend vers Si mineur. À deux reprises, une sorte de carillon intervient en Ré majeur qui fait rayonner le mot Shalom (Paix); il revient vers la fin en Ré bémol majeur, et la pièce se termine sur un accord de neuvième majeure sur Sol bémol majeur. 
L’hébreu se prononce facilement ici, et la pièce se termine avec deux phrases en français, récitées et non chantées. J’ai assemblé le texte chanté en allant chercher les expressions en hébreu / araméen que l’on trouve dans l’Évangile (Marana Tha, Effata, Talitha koum), avec des extraits du Psaume 23 : Le Seigneur est mon berger, je ne manquerai de rien. Je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi. Avec aussi des extraits du Kaddish juif : Que Celui qui établit la paix au Ciel l’établisse aussi parmi nous; et la salutation traditionnelle qui donne à la pièce son titre : Shalom alekhem, La paix soit avec vous. 
Extrait de Shalom alekhem / (c) 2015 Antoine Ouellette Socan



7. Le cantique d’Isaïe
Motet psalmodique pour chœur mixte à 8 parties, avec accompagnement ad libitum de carillons éoliens métalliques en coulisse. Durée : c.10’30 / Niveau de difficulté : 4
 
Isaïe. Vitrail d'église en Caroline du Nord
Texte et musique proviennent de l’oratorio L’Amour de Joseph et Marie. En éliminant les parties orchestrales, j’ai dû réécrire les voix chorales. Le texte chanté provient du Livre d’Isaïe de l’Ancien Testament : un passage visionnaire dans lequel le Prophète annonce longtemps d’avance la venue du Christ, sa Passion et sa Résurrection d’entre les morts. La psalmodie est ici à deux voix plutôt qu’une dans À Marie, mère de Dieu; deux voix agencées comme un organum médiéval, en mouvement contraire. La forme est strophique : 14 strophes, comme les 14 Stations du Chemin de Croix; avec un Alléluia conclusif. 
Cette pièce se situe à nouveau dans un univers modal. Sauf quelques mesures, Le cantique d’Isaïe est en rythme verbal non mesuré et non pulsé, ni lent ni rapide, proche donc du débit parlé, en respectant la ponctuation du texte et sa respiration. Je précise dans la partition que c’est à chanter dans un esprit contemplatif, avec peu de vibrato. Si possible, ce motet peut être «accompagné» par les douces résonances de carillons éoliens métalliques (de différentes tailles) en coulisse, qu’un choriste entretiendra du début à la fin de la pièce. Comme un avant-goût du Ciel...
Extrait du Cantique d'Isaïe. (C) 1998 / 2015 Antoine Ouellette SOCAN


Sources des illustrations: Wikipédia (Domaine public PD-US), collection personnelle, et sites commerciaux pour les couvertures de livres.