MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!



mercredi 1 septembre 2021

HARMONIES DANS MA MUSIQUE

Harmonies dans ma musique

1. Composer avec des points
2. Une cloche anxieuse
3. Une harmonie de paix
4. Une autre nuance de paix
5. Forces opposées

Rien de plus connu,

 Rien de plus familier,

Et pourtant, cela même se dérobe :

Un pays neuf à découvrir

Saint Augustin, Les Confessions, Livre XI

   Anton Webern (1883-1945)
Ce compositeur est le maître
du pointillisme en musique.

Lorsque vers mes 12 ans j’ai commencé à composer de la musique, l’harmonie m’attirait peu, les accords, ce genre de choses… je ne sais pourquoi. Mes toutes premières compositions n’étaient que mélodiques, monodiques devrais-je dire. Même des pièces pour deux ou trois instruments. C’est que je composais par points : «Ces pièces étaient vraiment très naïves et maladroites! […] Un trait curieux s’exprimait dans un Trio [flûte à bec, xylophone et piano] : plutôt que de présenter une mélodie de façon continue, je la morcelais en tout petits fragments que je confiais en succession aux trois instruments. Vers mes vingt ans, j’ai encore commencé une pièce pour orchestre utilisant le même morcellement mélodique. Cette technique se retrouve dans la polyphonie médiévale sous le nom amusant de hoquet, ou encore chez Anton Webern à propos de qui les musicologues parlent de pointillisme. Or, au moment où j’ai composé ce Trio, je ne connaissais pas ces musiques : il n’y a donc eu là aucune influence. Cela venait peut-être de la tendance de l’esprit autiste à accorder davantage d’attention aux détails qu’à l’ensemble. Instinctivement, c’est peut-être pour contrebalancer cette tendance que j’ai voulu apprendre un instrument mélodique, le violoncelle, plutôt que de continuer avec le piano. Jouer d’un instrument mélodique, c’est maîtriser la continuité, la grande ligne, non seulement de la mélodie mais aussi de la forme. Par l’apprentissage du violoncelle, mes compositions seront plus fluides et continues» (Musique autiste).

Pour connaître Anton Webern (1883-1945), maître du pointillisme, je vous suggère d'écouter cette pièce:
Attention: ce n'est pas d'un abord facile! Webern joue beaucoup sur les silences et des nuances à la limite de l'audible. Sa musique est atonale. J'avoue apprécier cette poésie étrange. 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anton_Webern

Composer avec des points

Le pointillisme en peinture.
Robert Delauney: 
Portrait de Metzinger. 1906.


Je composais par points, tout comme l’esprit autistique fonctionne de manière pointilliste, surtout pendant l’enfance et l’adolescence. En points? Les enfants autistes ont des intérêts particuliers qui les absorbent tout entier, avec une attention, une concentration et une intensité extrêmes : ce sont des passions, qui peuvent sembler étranges pour autrui (mais ce n’est pas grave : un enfant a le droit d’aimer ce qu’il veut, tout de même!). En d'autres mots: ces intérêts sont des points.

Je composais donc par points : j’ai conquis la continuité peu à peu. L’harmonie s’est, elle aussi, lentement intégrée à ma musique, avec beaucoup d’essais et d’erreurs et, encore aujourd’hui, je compose une musique davantage mélodique et rythmique qu’harmonique et contrapuntique. Au fond, pour moi, l’harmonie ne sert qu’à «habiller» la résonance des sons : elle n’a donc pas à occuper le premier plan. D’ailleurs, j’avoue peu goûter les musiques chromatiques et très modulantes. Mon idéal se rapproche du chant grégorien (aucune autre harmonie que la réverbération) ou des musiques comme les Ragas de l’Inde. 

Néanmoins, j'utilise aussi l'harmonie et des accords, même si de manière plutôt restreinte. Je trouve intéressant de poser un regard rétrospectif sur la création, de me reporter en arrière et d'examiner ce que j'ai fait dans ma musique. Au moment où je compose, c'est la musique qui me dicte sa volonté et la plus grande partie de mon travail est intuitive. Mais j'ai la capacité de prendre distance et d'examiner ma musique comme si elle était d'un autre compositeur. Alors, qu'est-ce que j'y trouve par rapport à l'harmonie?

Une cloche anxieuse: la note Mi

Je parlais de points. Mes harmonies sont des points. Même que certaines notes elles-mêmes me sont des points! Pour une raison que j’ignore, j’associe une forte tension à la note Mi. Par exemple, elle intervient de manière martelée dans le deuxième mouvement de Roseaux (pour cor anglais et orchestre de chambre; opus 38, 2008), dans les mesures suivantes et un peu plus loin sur des nuages harmoniques indéterminés des cordes : 

Cliquez pour agrandir. Page de Roseaux: les Mi obsessifs sont entourés.
(c) 2008 Antoine Ouellette Socan

 

Je me suis même dit qu’il me faudra exorciser cette tension un jour en composant une pièce à cette fin. Aucune autre note n’a sur moi pareil effet.

Roseaux a été composée dans des circonstances difficiles, alors que je vivais une période de haute anxiété. Depuis plusieurs années, je souffrais sans le savoir du syndrome de stress post-traumatique, causé par l’intimidation que j’ai subi à l’école à l’âge de 12-13 ans : cauchemars récurrents, flashbacks, anxiété sociale. En 2006, avec la soutenance de ma thèse de doctorat et divers incidents qui l’ont entourée, j’ai vécu un grand pic anxieux. J’ai très bien réussi ma soutenance et j’ai obtenu une mention d’excellence, mais je n’étais pas bien. Peu après, en allant à une soirée informelle, j’ai dû quitter précipitamment tant je me sentais oppressé et j’ai fait la seule attaque de panique de ma vie. J’ai aussitôt consulté mon médecin. C’est lui qui m’a alors proposé de participer à une étude en santé mentale et, de fil en aiguille, j'obtiendrai un diagnostic d’autisme Asperger en novembre 2007. 

La note Mi comme «cloche anxieuse»:
Bedrich Smetana, par Södermark (1858)


Bref, c’est dans ce contexte troublé que j’ai composé Roseaux qui, je pense, s’en ressent. Dans le deuxième mouvement le Mi résonne comme une cloche anxieuse qui fait basculer la musique dans une sorte de cauchemar avec le silence au bout. Un passage qui m’est encore terrifiant.

Par la suite, j’apprendrai une chose troublante. Dans le Finale dansant de son Quatuor à cordes #1, «De ma vie» (1876), Bedřich Smetana interrompt brusquement la fête par une note suraiguë qui fait basculer la musique dans un climat très anxieux. Cette bascule symbolise celle de la vie du compositeur qui était devenu soudainement sourd en 1874 et qui, à partir de ce moment, éprouva de plus en plus de troubles mentaux : Smetana devra être interné dans un hôpital psychiatrique en 1883, où il décédera en 1884. Devinez quelle est cette note suraiguë qui fait tout basculer? Un Mi!

Une harmonie de paix

Il est aussi des harmonies, des accords, auxquels j’attribue spontanément des vertus éthiques. En repassant ma musique suite à mon diagnostic et dans la perspective d’y trouver des traits Asperger, une caractéristique m’a frappé qui n’était jusqu’alors qu’instinctive. Un accord particulier y occupe une place si importante que je constate qu’il fonde ma pensée harmonique :

Pour la commodité, je note ici cet accord à partir de la note La mais, dans mes pièces, le même accord peut se fonder sur n’importe quel note. Constitué de tierces superposées (avec les notes la, do, mi, sol), un musicien dira qu’il s’agit simplement d’un accord de septième mineure. D’un côté, cet accord est peu usité en musique classique, beaucoup moins certainement que l’accord de septième de dominante ou que celui de septième diminuée. D’un autre côté, dans ma musique, cet accord ne joue pas du tout le rôle d’un accord de septième mineure. Absolument pas. Dans mes tout premiers essais de composition, j’empilais impitoyablement les tierces : je croyais alors que c’était simplement parce que je trouvais qu’elles «sonnent bien». 

Avec le recul, je vois plutôt que j’étais à la recherche de mon accord fétiche : je cherchais à formuler en sons une vibration intérieure. Après une période de tâtonnement, j’y suis arrivé et il se retrouve notamment dès la Première Sonate pour piano, que j’ai composée à 19 ans en 1980. Cette harmonie fonde aussi une grande partie de la pièce Quatre, dans Bonheurs, pour piano (opus 2b; 1984-85). Dans l’extrait ci-dessous, cette harmonie est signalée par les traits orangés. L’enchaînement du même accord sur diverses notes est non-fonctionnel : il ne suit pas la logique de la musique tonale. Cette harmonie est utilisée pour sa sérénité.

Extrait de Quatre, tirée de Bonheurs, pour piano (opus 2c). (c) 1984-85 Antoine Ouellette Socan. L'«accord de paix» est signalé par les points orangés et, sous forme arpégé, avec les traits orangés.

Par la suite, cet accord s’est immiscé dans la plupart de mes pièces, certaines l’utilisant de façon presque exclusive, et cela est vrai tant pour mes pièces en «tonalité aérienne» que pour celles composées à partir de Paysage (1987).

Pour moi, il ne s’agit donc pas d’un accord de septième mineure. Il ne s’agit pas davantage d’un accord de Do majeur avec sixte ajoutée. En fait, dans ma musique, il ne possède pas réellement de fonction harmonique au sens de la musique tonale. Aux yeux de la théorie musicale classique, cet accord contient une dissonance : l’intervalle de septième établi par les notes la et sol. Mais pour moi, cet accord n’est aucunement dissonant : il est paisible, harmonieux et consonant. Il représente donc un état, un état de paix, d’équilibre et de tranquillité. Est-il lié à l’autisme? Il y a longtemps eu confusion entre autisme et schizophrénie, et mon propre esprit peut manifester une légère tendance dissociative. Il m’a fallu beaucoup de temps pour harmoniser mes forces opposées et contradictoires. Or justement, cet accord reflète à la fois la dissociation et son harmonisation. En musique tonale, il y a deux modes : le mode majeur (souvent décrit comme «joyeux») et le mode mineur (souvent décrit comme «triste»). Cet accord est à la fois majeur et mineur :

Les trois premières notes (la, do, mi) forment un accord mineur (la mineur), alors que les trois dernières (do, mi, sol) forment un accord majeur (do majeur). L’accord combine donc ces deux forces opposées. Il les combine en une seule harmonie qui, pour moi, est parfaitement consonante. Oui, c’est un accord de paix.

Il est paisible parce qu’équilibré. Les deux premières notes (la, do) forment une tierce mineure, et les deux dernières aussi (mi, sol). 

 Ces deux tierces mineures sont séparées par une tierce majeure (do, mi). Or, la tierce majeure est elle-même équilibrée : elle se divise en deux tons égaux, do- et -mi :

La note est donc le centre géographique parfait de l’accord. Dans ma musique, je la retrouve d’ailleurs souvent en compagnie de mon «accord de paix», en tant que note complémentaire. La note peut ainsi servir de basse :

… ou de résonance aiguë :

… cela sans que ne soit aucunement compromis l’état de sérénité. C’est peut-être de ce fait que provient l’impression «contemplative» que plusieurs auditeurs m’ont rapportée avoir sentie à l’écoute de mes œuvres. Dans Toute paisible (pour piano, opus 33), j’ai exploité, sans en être conscient, cette caractéristique dans des sonorités comme celle-ci :

(C) 2008 Antoine Ouellette Socan

Ces sonorités, ces enchaînements n’ont rien à voir avec le langage de la musique tonale. Il ne s’agit pas d’une fonction tonale mais d’un état.

Une autre nuance de paix

Dans Fougères 2 (2005), un nouvel accord de paix est né, discrètement et sans que je n’en aie conscience. Mais il s’est vraiment imposé dans Musica autistica où il fonde une large partie de la dimension harmonique de cette pièce de 35 minutes (opus 46; 2012). Il reviendra comme fondement d’Océane, pour cor anglais, saxophone soprano et contrebasse (opus 52, 2017 / Révision 2020). Cet accord ressemble un peu au précédent : un intervalle identique est reproduit en haut et en bas d’une tierce centrale. Mais ici, l’intervalle en question est la quinte, et la tierce du milieu est mineure : elle n’a pas de note centrale. Contrairement au précédent, le nouvel accord n’a pas de centre : il est complet en lui-même.

Ce nouvel accord de paix ne contient aucune structure se rapprochant d’un accord parfait, majeur ou mineur. Il éloigne donc davantage ma musique de la musique tonale, sans qu’elle ne soit plus chromatique ou modulante pour autant, ni ne flirtant avec l’atonalité. 

Dans Fougères 2 où elle apparait pour la première fois, cette harmonie se manifeste moins sous la forme d'accords que d'ostinatos: des ostinatos rythmiques, comme dans l'exemple suivant où cette harmonie est construite sur la note Mi (Mi, Si, Ré, La); ses notes sont dispersées entre les quatre parties de guitares, alors que la contrebasse joue un solo, le tout en tempo rapide:

Extrait de Fougères 2 (opus 34 #2) / (c) 2005 Antoine Ouellette Socan

Elle se retrouve aussi sous forme d'ostinato rythmico-mélodique, comme dans cet autre passage, où contrebasse et guitares en jouent les notes dans la succession: Mi, Ré, Si, La, avec terminaison sur Si - Ré:

 

Extrait de Fougères 2 (opus 34 #2) / (c) 2005 Antoine Ouellette Socan

Au fil du temps, il y a des couleurs qui ont changé dans ma musique : je me rends compte que l’harmonie par tierces est beaucoup moins présente depuis, disons, mon opus 40. La toute première page de la Sonate liturgique l’utilise encore, mais c’est comme un portique qui donne aussitôt vue sur un nouveau paysage à explorer.

 Au même moment, dans Mer et monde (opus 45; 2012), j’ai joué sur un mode lui aussi sans centre : il doit se déployer sur deux octaves pour retrouver la note de départ – le point de départ : c’est un mode non octaviant (qui contient les 12 sons, mais il est traité de manière diatonique et non chromatique):

Mode de Mer et monde, pour deux clarinettes et vibraphone (opus 45).
(c) 2012 Antoine Ouellette Socan


Forces opposées

Évidemment, ma musique n’est pas toujours exclusivement basée sur l’un ou l’autre de ces accords de paix. Mais les autres harmonies que j’utilise tendent elles aussi à être davantage des états que des fonctions harmoniques à proprement parler. Par exemple, les autistes, et plus spécialement les Asperger, vivent de fortes tensions intérieures et sociales, et j’ai rappelé le petit (petit) air de famille de l’autisme avec la schizophrénie. Ces tensions se retrouvent dans mes œuvres sous la forme d’«accords dissociés», tout comme dans ma vie, lorsque je vis des moments difficiles, je sens chanceler l’harmonie de mes forces opposées. Ainsi, Fougères exploite l’harmonie suivante :

L'«harmonie dissociée» de Fougères (pour ensemble de guitares, opus 32 / pour orchestre, opus 43).
(c) Antoine Ouellette Socan


Elle ressemble à mon «accord de paix» puisqu’on y trouve un accord majeur (sol dièse-si-mi) en haut, et un accord mineur (fa-la-) en bas. Mais la dissociation est fortement marquée avec le résultat d’une tension sonore inconfortable et instable.

Autre exemple d'«harmonie dissociée», Gravures exploite l’harmonie suivante :

L'«harmonie dissociée» de Gravures (opus 14). (c) Antoine Ouellette Socan

Cette harmonie contient l’«accord de paix» transposé sur (, la, do et le fa aigu), mais aussi l’accord mi bémol-sol bémol-si bémol qui vient créer une dissonance appuyée. Les forces opposées sont dissociées. Dans Gravures, l’«accord de paix» cherche à s’établir, mais est constamment confronté par cette harmonie dissociée qui l’emporte finalement.

Ces «harmonies dissociées», tout comme l’«accord de paix», témoignent en musique d’éléments importants de la condition Asperger, du calme et des tempêtes de notre monde intérieur.

Ma musique conserve les notions de consonances et de dissonances. En cela, elle peut sembler au premier coup d’œil connue ou familière. Les esprits pétris d’académisme diront «traditionnelle»! Surtout que même en utilisant des dissonances, je tiens à ce que ma musique soit toujours euphonique, qu’elle «sonne bien». Mais en même temps, ma musique réinterprète ces notions d’une autre manière, ce connu et ce familier se dérobe et laisse place à un pays neuf à découvrir, pour reprendre les termes de saint Augustin. Ce que j’écris ici de la consonance, je pourrais aussi bien l’écrire de la mélodie, du contrepoint, du rythme ou encore de l’instrumentation : ma musique fait deux choses simultanément, en conciliant des forces opposées. En fait, nous, Asperger, sommes ainsi. Nous semblons tout à fait «normaux» mais, en nous côtoyant, notre différence sera perçue; une différence étrange, diffuse, difficile à cerner précisément, mais une différence tout de même réelle.

Sources des illustrations: Wikipédia (Domaine public, PD-US) et collection personnelle.

 

vendredi 2 juillet 2021

CULTURE PARTAGÉE: JE SUIS PARRAIN!

Des mots d'été 2021

Dessine-moi un été sur ICI Première. 
Comme à chaque été, je vous propose un article plus court pour les mois de juillet et d'août. 
Je commence en vous partageant ceci. 
 
Samedi matin 7 août 2021, à l'heure des oiseaux, j'étais en entrevue radio à l'émission Dessine-moi un été, animée par André Robitaille (Radio-Canada Première). L'entrevue portait sur les oiseaux, mais il y a eu un petit aparté sur l'autisme. Vous pouvez écouter l'entrevue ici:  

Le présent article me donne aussi l'occasion de vous partager une belle nouvelle que j'ai reçue!

Culture partagée : je suis parrain!

En mars dernier, j’ai eu une jolie surprise. L’association Culture partagée en pays de Rance m’a proposé d’être son parrain. J’ai été très touché par cette demande que j’ai aussitôt acceptée. À l’automne 2019, j’avais passé un séjour de rêve en Bretagne pour participer à la toute première édition des Rencontres de Culture partagée. Après coup, j’avais écrit cet article qui raconte ces journées inoubliables :
La philosophie de Culture partagée peut être résumée ainsi : «Vivre ensemble la culture comme bien commun, au-delà des différences de toute sortes, expérimenter dès l'enfance la différence comme richesse, comme occasion d'être reconnu dans sa singularité».
 
Photo par Chloëe Bichet
«La première édition, autour de Oiseaux, musique et plantes, nous avait ouverts au «bonheur d'être soi», comme le disait Antoine Ouellette dans le concert-conférence d'ouverture des Rencontres 2019, et les artistes (amateurs et professionnels, tous âges associés) en avaient témoigné dans leurs œuvres».
«Cette année [2021] avec le thème Textes et textiles, la notion de patchwork comme mise en commun de fragments, nous sert de fil conducteur à la visualisation de l'idée de «faire œuvre» en assemblant dans un moment / espace commun des singularités irréductibles».
«Cette fois, c'est Kesso, jeune artiste montréalaise, qui nous avait offert la superbe affiche des rencontres 2019, qui nous invite à parcourir «l'écriture textile». Elle nous proposera patchworks, «courte-pointe collaborative», illustrations brodées d'albums pour enfants.
Auprès de ses œuvres, dans une exposition à la bibliothèque de Dinan à l'automne 2021, des textes issus du travail de collégiens dinannais, des productions en atelier de calligraphie dans le même collège, des textes offerts par des auteurs dinannais ou non, des vêtements birmans, des poupées textiles d'Amérique du Sud, témoigneront de la richesse de la diversité»

À la suite de leur visite, les gens seront invités à envoyer leurs propres créations à l’association, en prévision d’une deuxième exposition qui aura lieu au printemps 2022.

L’association espère pouvoir tenir la deuxième édition de ses Rencontres en 2022. J’espère que le contexte sanitaire le permettra – mais il y a de l’espoir!

Je vous partage le texte que Chloëe Bichet m’a fait parvenir en juin dernier. Chloëe est membre du bureau de Culture partagée. Elle est aussi artiste-photographe et bien d’autres choses encore! Je la remercie pour son texte et pour sa permission de publier ses photos dans le présent article.

 

Petite approche de la vocation de notre association Cultures Partagées en Pays de Rance.

Photo par Chloëe Bichet
Cultures Partagées… Un programme? Non, un état d’esprit, une inspiration, une respiration vers l’autre, une aspiration à la découverte de ce qui nous entoure. La Culture n’existe selon moi, qu’au travers des rencontres de toutes les cultures. Comment se construire en tant qu’être humain sans se confronter à l’autre (mais non s’affronter avec l’autre) sans échanger avec l’autre (mais non se comparer dans une attitude compétitrice?) De nos émulsions culturelles peuvent jaillirent pour l’avenir des émulations de respect et de bienveillance entre les peuples.

Comment les différentes cultures humaines pourraient-elles évoluer, s’enrichir, s’étoffer et continuer d’enthousiasmer les générations, présentes comme futures, si elles tendent à céder à la sclérose de l’autarcie? Les mots semblent abruptes, certes. Je m’exprime avec ma franchise et ma spontanéité, sans fard ni flagornerie, juste mon désir d’aller au-devant du monde qui m’entoure. Et pour moi, femme autiste Asperger, la Culture et LES cultures dans leurs diversités et leurs pluridisciplinarités restent mon chemin le plus rassurant et le plus attrayant pour oser m’ouvrir au monde extérieur.

Rose et rosée. Par Chloëe Bichet
 Abordée comme un langage universel et dénué de frontière, la Culture m’apparaît comme un passeport altruiste et une promesse de réconciliation intemporels. Les cultures lorsque sont  partagées avec générosité et écoute, résonnent comme un doux mantra, une invocation à la fraternité, une ode à l’adoucissement des âmes et des consciences.

La Culture de l’Humanité se décline comme une gamme de musique, un orchestre dans lequel interviennent autant de cultures que de peuples. Ensemble réunies sur la même partition et la même portée, nos cultures s’entrecroisent et vibrent à l’unisson comme des instruments tous différents mais qui forment ensemble une formidable symphonie. Et le chef d’orchestre de cet ensemble universel des cultures humaines, n’est-ce pas le Partage?

 
Avec mes mots parfois abscons, parfois trop abrupts, ainsi espère-je apporter quelques bribes de ma perception de la vocation de notre association Cultures Partagées : une rencontre de chacun avec ses passions et ses modes d’expression, dans la tolérance, la simplicité et le non-jugement.

Chloëe BICHET.

Artiste photographe.

chloee.bichet22@orange.fr

*         *          *

Précieux oiseaux

Il y a quelques semaines, j'accordais une entrevue sur les chants d'oiseaux à Mélissa Guillemette, journaliste pour la revue Québec Science. Je suis l'un des intervenants cités dans cet article très intéressant. L'article est maintenant disponible dans le nouveau numéro papier de Québec Science, de même que sur le site de la revue. Vous pouvez en lire le début ici - le reste est pour les abonnés:

Sur ce, je vous souhaite un très bel été!