MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!

mardi 1 juillet 2014

LYON: PREMIÈRES ET BOUCHONS

La Clé des Champs
Atelier de gestion de troubles anxieux pour personnes autistes
Veuillez noter que l'organisme est fermé durant les deux dernières semaines de juillet.
Pour les informations, je vous réfère à l'article de Juin:

Je rappelle les coordonnées de La Clé:  
Téléphone: 514-334-1587
Site: http://www.lacledeschamps.org/

*     *     *
LYON: PREMIÈRES ET BOUCHONS
MON EUROPE 2014 (3)

Voici la dernière tranche de mon carnet de voyage en Europe (mars-avril 2014). La première partie était consacrée à Paris:
http://www.antoine-ouellette.blogspot.ca/2014_05_01_archive.html
... la deuxième à la Suisse:
http://www.antoine-ouellette.blogspot.ca/2014_06_01_archive.html


30 AUTISTES, ÇA JASE ÉNORMÉMENT!

Un bouchon lyonnais (voir plus loin)
Depuis le Salon du livre de Paris, je transportais une valise contenant une caisse d’exemplaires de Musique autiste (36 livres). C’était malcommode mais nécessaire pour que je puisse apporter des livres en Suisse puis à Lyon. Mais à peine arrivé en Suisse, la poignée rétractable de ma valise a cédé. Puis une autre poignée! Heureusement, Cédric a pu me bricoler quelque chose pour que ma valise soit fonctionnelle jusqu’à la fin de mon périple. Mes livres se sont rapidement envolés, allégeant ma pauvre valise, dont le fond commençait aussi à se défoncer... Il ne me restera que deux livres pour ma dernière conférence à Lyon, dont celui que je me servais pour lire des extraits. Je les vendrai aussi. Il aurait fallu que j’en transporte davantage, une cinquantaine peut-être, mais ce n’était évidemment pas possible.



Vue sur Lyon
En fin d’avant-midi le 29 mars, je descends du TGV à Lyon. Je suis accueilli là par mes deux guides : Éric Bénéteau, de Volontaires pour l’autisme, qui m’a très bien accompagné dans la préparation de mon séjour lyonnais, et Corinne Gambonnet qui m’a généreusement hébergé chez elle pour les deux premières nuits. Grand merci!




Aussitôt installé : direction vers le CRA Rhône-Alpes où je rencontre un groupe de jeunes adultes autistes. La rencontre est prévue de 14 à 16h, mais elle se prolongera jusqu’à 18 heures! Elle aurait pu se prolonger davantage, mais une sortie culturelle était prévue en soirée – celle de la fin de l’après-midi a sauté de l’horaire. Ce n’est pas grave : je venais d’abord pour la cause de l’autisme et, je vous le confie, un de mes plus grands plaisirs est justement de rencontrer d’autres personnes autistes. Je me sens moins seul, et je suis toujours ébloui de voir tant de talents chez elles, de débrouillardise, de résilience – des trésors dont elles ne sont pas toujours elles-mêmes conscientes, alors je leur dis. Dans le local, les tables étaient installées en cercle et, dès le début, j’ai demandé à ce que les personnes autistes soient aux premières loges. De la discrimination positive! Mais oui, j’aime aussi les parents et les intervenants qui me font l’honneur de leur présence, ne craignez pas. Il y avait là près de 30 Autistes, hommes et femmes; les Neurotypiques étaient en minorité. Pour les gens qui pensent encore que les Autistes ne parlent pas, quatre heures de conversation entre nous! De nouveau, quelqu’un a parlé du retard qu’aurait la France en matière d’autisme. J’ai redit que mon séjour m’a donné de voir qu’il se faisait en fait beaucoup de belles choses en France : s’il y a toujours place à l’amélioration, tout cela reste un chantier toujours à parfaire, en France ou au Canada. Un participant d’origine italienne a précisé que l’Italie est bien davantage à la traîne.



Avec des amiEs autour d'une sculpture qui fit jadis scandale,
au Parc de la Tête d'or (Lyon)
Vous auriez aussi remarqué la diversité des personnes autistes : oui, nous sommes aussi différents entre nous que vous, Neurotypiques, l’êtes entre vous. C’est une des raisons (pas la seule) pour laquelle je rage de ce discours qui ravale l’autisme à une maladie, comme une grippe, avec des protocoles bien prédéterminés sur ce qu’il faut faire et ne pas faire en présence de nous. Dites-vous bien que quoi qu’on en dise, il n’y a pas de règles absolues qui tiennent : ce n’est pas le domaine d’une maladie, mais celui d’une humanité, véritable, diversifiée. Des personnes humaines à part entière. Un peu différentes, je veux bien, mais en rien des malades ou des extraterrestres. Pour interagir avec nous, il «suffit» de se mettre sur le bon canal – ce qui ne semble pas facile pour tout le monde: c’est tellement rassurant de considérer des gens comme «atteints» d’une maladie, tellement rassurant de suivre les modes d’emploi. Mais tout cela n’est que foutaises réductrices qui n’ont aucun rapport avec la vie! Voilà.


LA VILLE AUX COLLINES ET AUX BOUCHONS
La Basilique aperçue depuis ses jardins
Le lendemain matin, je suis allé à la messe à la Basilique de Fourvière. «Punaise, Antoine! Parle pas de religion!». Bien oui, un peu : cela aussi fait partie de la vie. Surtout que Lyon est un haut-lieu du Catholicisme en France. Évangélisée tôt, la ville a connu de terrifiantes persécutions antichrétiennes, notamment dans les années 170, sous les attaques du paganisme romain. On y tuait publiquement hommes, femmes et enfants, même des vieillards comme l'évêque Pothin, âgé de plus de 90 ans. Sainte Blandine sera une des figures emblématiques de cette résistance courageuse qui finira par avoir gain de cause. [C'est incroyable combien depuis ses débuts le Christianisme a été persécuté. Ayant refusé d'être défendu par les armes, le Christ lui-même a été torturé et assassiné. Au 20e siècle, la charge fut mené par le Communisme et, au 21e siècle, par les Islamistes, en Irak, en Syrie, en Égypte, au Nigeria, etc.]
De style romanobyzantin, la Basilique est perchée sur les hauteurs d’une des deux grandes collines de Lyon – c’est une ville qui monte, descend, monte et descend encore, traversée de plus par un fleuve, le Rhône et une rivière, la Saône, une ville à la topographie très particulière. La basilique appartient au périmètre du Vieux Lyon inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1998. Elle a été construite au 19e siècle : elle est éclatante, enluminée par de magnifiques mosaïques. On y grimpe à pied – certains courageux le font en jogging – ou, plus pittoresque, en funiculaire (intégré dans le réseau du métro et des transports collectifs lyonnais). Lyon possède d’ailleurs une riche histoire religieuse et spirituelle, une histoire toujours vivace : la Basilique était archipleine de gens ce dimanche-là et le Cardinal, qui présidait la messe, était en verve! N’allez pas croire que je cours les grandes églises : à Paris, j’ai assisté à la messe dans l’église Saint-Antoine-de-Padoue, proche de mon hôtel. Cette église moderne n’offre rien de touristique mais, elle aussi, était pleine de gens, de tout âges avec beaucoup de jeunes couples, d’enfants, d’adolescents; des jeunes prêtres, une chorale d’enfants et de jeunes servants. Très beau. 
Une petite note à mes amiEs mécréantEs que j'aime tant (oui, pour vrai): lorsque je cause spiritualité, ne vous offusquez pas. Ce n'est pas pour me donner un genre, jouer au plus fin, au gars qui a une ligne directe avec le Ciel. Non, je suis un Chrétien médiocre et pécheur - cela dit sans aucune fausse modestie. Je suis le premier à le reconnaître, mais aussi je reconnais le Christ comme la «lumière du monde». C'est quand même mieux que vouer un culte à Dieu-sait-qui-ou-quoi qui n'en mérite pas tant. 




Intérieur de la Basilique
(Wikipédia)
Il y a à Lyon, dit-on, deux collines : la colline qui prie et la colline qui travaille. Celle qui prie est bien sur la colline de la Basilique; celle qui travaille est celle où oeuvraient les canuts, les ouvriers tisserands de la soie sur les machines à tisser. Au milieu du 19e siècle, ils étaient environ 120 000, et leurs révoltes vont marquer l’histoire sociale non seulement de la ville mais de l’Europe, puisqu’elles inspireront des gens comme Karl Marx, Fourier ou Proudhon. Les canuts ont aussi laissé leur marque sur la gastronomie. Comme ces gens travaillaient très fort physiquement et comme plusieurs étaient pauvres, ils utilisaient dans leur alimentation, costaude, des parties d’animaux que les gens plus en moyen dédaignaient. Cette cuisine des pauvres s’est élaborée dans de petits restaurants dits «bouchons». Et on trouve toujours des bouchons à Lyon. 

Tablée au Laurencin
Mes amis m’ont donc amené prendre un repas du midi dans un bouchon, Le Laurencin, qui mise sur son authenticité. À la carte, des mets inusités comme les pigeons ficelés (ou paquets de couenne), le museau de bœuf, les pieds de mouton, le sabodet («un genre de saucisson à base de tête de porc entière hachée, entre autres, les oreilles et le museau»), etc. Cela vous met en appétit?! Des poissons aussi, et des écrevisses… L’origine du mot bouchon reste discutée, mais je vous jure qu’un repas vous bouche l’estomac solide! Et délicieusement je me dois d’ajouter. 

Ma petite entrée...
Le repas que j’ai pris commençait par une entrée : une immense salade mélangée avec deux feuilletés au fromage de chèvre – c’est ce qui était annoncé mais, pour une raison inconnue, j’ai eu droit à trois (délicieux) feuilletés! Juste ça, mon repas été fait. Mais venait ensuite le plat principal : pour moi, une quenelle au brochet, avec du riz (du riz, beaucoup de riz). Succulent. Arrivé au dessert, ouf, le ventre bien distendu, j’ai choisi quelque chose de léger : un assortiment de glaces. J’aurais dû m’en douter : trois immenses et exquises boules de crème glacée. Quelle expérience gustative! Je ne sais pas trop pourquoi, mais notre repas du soir a été très léger… En passant, les personnes autistes ont la réputation d’être plutôt difficiles côté alimentation, et j’en connais qui s’astreignent à d’étranges diètes. Je ne sais pas si cette réputation est justifiée ou non mais, en ce qui me concerne, j’aime essayer de nouveaux plats et il y a bien peu d’aliments que je dédaigne. Imaginez : je suis déjà allé à la dégustation Croque Insectes du Jardin botanique de Montréal – oui, c’est ça, des mets faits à partir d’insectes! 




Pour faire descendre tout cela, on m’a amené visiter un musée d’art contemporain l’après-midi, visite suivie d’une bonne marche au grand parc de la Tête d’Or à laquelle participaient quelques personnes autistes rencontrées la veille.

DEUX PREMIÈRES EN SOL FRANÇAIS
Olivier Hue parfume l'air de Lyon avec les sons de son hautbois
Grosse journée lundi 31 mars. Le matin, je rencontre Olivier Hue au Conservatoire régional, à quelques pas de la Basilique. Je prends le funiculaire qui, oups, tombe en panne au beau milieu de la côte. Nous restons bloqués là quelques instants. J’avoue craindre une rupture du câble, comme cela s’est déjà passé à Québec. L’opérateur sort de sa cabine, va à l’arrière de l’engin, bricole un peu, donne quelques bons coups, et revient à son poste. Le funiculaire démarre enfin. J’arrive presque en retard à mon rendez-vous. Olivier m’accueille dans une salle un peu décrépie mais avec une vue exceptionnelle sur Lyon, et nous regardons Dent-de-lion au peigne fin. Olivier me pose des questions et me fait des suggestions que je retiendrai pour l’édition définitive de la pièce – des retouches concernant les tempos des deux dernières pages de la partition. Cela dit, la pièce demeure un peu exigeante au niveau du souffle et de quelques petits détails techniques. Rien d’injouable, loin de là, seulement de quoi donner un défi à l’interprète. Mais enfin quoi, chers amis musiciens, il faut bien s’amuser un peu, non?! 
Pour en savoir davantage sur Dent-de-lion:




Avec Amandine et Olivier
À l’heure convenue, Magali vient nous rejoindre avec un lunch, et nous allons pique-niquer dans les jardins de la Basilique. Je dois remercier Magali. C’est elle qui m’avait contacté, pour son fils et pour Dent-de-lion, ma pièce pour hautbois solo dont j’avais parlé quelques mois auparavant sur mon site. Magali joue du hautbois depuis quatre ans et fait partie du grand ensemble d’anches doubles que dirige Olivier (hautbois, cors anglais, bassons…). C’est elle qui m’a mis en relation avec Olivier et qui, donc, a favorisé l’exécution de ma pièce à Lyon dont la première aura lieu ce lundi soir. Volontaires pour l’autisme avait accepté que l’œuvre soit jouée lors de ma conférence, et on m’avait suggéré de traiter de la créativité artistique en mode autistique. Quelles bonnes idées! Ce sera une occasion de présenter l’autisme bien autrement qu’une tare et de souligner les (nombreuses) contributions des personnes autistes dans toutes les sphères d’activités. Peu avant mon départ, Volontaires pour l’autisme m’annonçait qu’une flûtiste s’était offerte pour jouer aussi Auberivière lors de la conférence qui est alors devenue une conférence-concert : que demander de mieux?! Amandine Dumas, la flûtiste, est venue nous rejoindre au pique-nique, un moment vraiment agréable. Plus tard, elle me jouera Auberivière, divinement je dois dire. J’ai composé la pièce pour le docteur Laurent Mottron, expert en autisme et flûtiste (bon flûtiste d’ailleurs) à ses heures. Il m’avait dit de lui écrire quelque chose de «pas trop difficile» qu’il serait en mesure de jouer. Auberivière est donc ainsi, toute en fluidité comme l’annonce son titre. 
Sur Auberivière, et pour en obtenir la partition:




Avec Blandine, Corinne et Éric
Le soir, je donnais la conférence, avec le concours d’Amandine et d’Olivier. Encore une fois, tout avait été super bien organisé : bravo aux responsables! Vous savez, jouer en concert exige de la concentration : les interprètes s’attendent à juste titre que le public coopère. Ce soir là, Olivier ne l’a pas eu tout à fait facile. Les gens étaient très attentifs, mais un petit garçon a décidé de se donner lui aussi en spectacle, sous le regard attendri et ravi de sa maman. Il est monté jusque sur scène, prendre mon micro et se mettre à gazouiller dedans… pendant qu’Olivier négociait les pages de Dent-de-lion! Un peu dérangeant, non? Discrètement, je suis allé voir sa mère pour lui demander de calmer son garçon et le faire asseoir auprès d’elle. Ah là là, pas toujours prévisible la vie de musicien… Mais bon, les deux pièces ont été bien jouées et appréciées : c’est l’essentiel.

UNE DERNIÈRE NOTE EN MODE AUTISTIQUE
On monte en funiculaire!
Je ne me souviens pas où cela est arrivé, mais un monsieur est venu me voir pour me parler de son petit neveu, diagnostiqué Asperger vers 3 ans. Je ne crois pas que ces diagnostics si précoces soient vraiment utiles. Tout de même, l’homme m’a dit que ce qui avait inquiété les parents fut que le petit garçon savait lire et écrire à moins de 2 ans. Il avait appris seul, comme ça. «Ce n’est pas normal du tout!». «Bien peut-être pas, lui ai-je dit, mais c’est extraordinaire, c’est un don, un atout!» Mais lui insistait pour soutenir que ce n’est pas normal, et que les parents avait fait examiné et évalué leur enfant de ce pas. Le verdict est tombé. Et alors? «Nous sommes très tristes parce qu’il est malade et handicapé parce qu’atteint d’autisme». J’étais éberlué (et il m'arrive de me demander si les gens qui me disent de telles choses sont conscients de les dire à une personne elle-même autiste!) : «Mais quel handicap? Ce garçon a déjà fait des apprentissages important : il a un potentiel inouï avec les lettres, l’écriture. Peut-être sera-t-il écrivain, journaliste… Il faut l’aider à faire fructifier ce don». Mais non : il est malade, pauvre petit, il fait pitié. Je n’en revenais pas d’être aussi négatif devant ce qui est, en réalité, une merveille! Mais vous voyez, même nos dons sont vus comme inquiétants lorsque notre entourage cultive l’idée que l’autisme est nécessairement une pathologie. Il faut dire que bien des gens propagent tant de négativisme à notre sujet que je comprends les familles d’avoir peur. Mais il faut changer ce regard erroné.



Détail de la voûte de la Basilique
Après une nuit à l’hôtel, je pliais bagage et me dirigeais à la gare, prendre le train pour Paris. Je m’étais prévu une journée libre avant de prendre l’avion, histoire de décanter. Je suis allé me promener du côté de la Basilique Notre-Dame, où il y avait une foule dense. Mais je connaissais d’un voyage précédent une petite place tranquille (oui oui!) où je suis allé lire sous les arbres. Le lendemain : avion vers Montréal. Les mains un peu moites, mais pas trop : je m’améliore, dirait-on. Ce voyage m’a comblé! Je remercie encore une fois toutes les personnes qui l'ont rendu possible. À la prochaine, chère Europe, et salutations à mes amiEs de là-bas. Un rêve: une petite série de conférences en Île-de-France...

SOURCE DES PHOTOS: COLLECTION PERSONNELLE (SAUF INDICATION CONTRAIRE)