MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!

vendredi 1 décembre 2017

MES CHANSONS!

Pour mes amiEs d'Europe:
La version électronique de mon livre Pulsations est disponible sur ces sites français:
https://ebook.chapitre.com/ebooks/pulsations-9782896060795_9782896060795_10.html
https://www.decitre.fr/ebooks/pulsations-9782896060795_9782896060795_10.html

Un grand MERCI: en ce 3 décembre 2017, mon site vient de franchir la barre des 150 000 visites!

*     *     *
Mes chansons!
(Série Mes opus 2017)

Chants de l’Autre isthme. Cinq chansons sur des poèmes de Coralie Adato, pour voix de femme (mezzo) et piano (opus 54)

PARTITION GRATUITE PDF:
L'UNIQUE CHANSON, POUR VOIX DE FEMME (MEZZO) ET PIANO

Ce mois-ci, en guise de cadeau de Noël, je vous offre GRATUITEMENT la partition manuscrite de L'unique chanson (opus 54 #4). 
Pour obtenir la partition: 
https://www.dropbox.com/s/6a2e9vt6pxll4wr/L%27unique%20chanson.pdf?dl=0

Il me fait plaisir de vous offrir cette partition en PDF. Mais n'oubliez tout de même pas que cette pièce est: (C) Antoine Ouellette. Si elle est jouée en concert public payant, elle doit faire l'objet d'une déclaration SOCAN (SODRAC si elle est enregistrée). Si vous désirez une impression de calibre professionnel de la partition, je vous invite à contacter le Centre de musique canadienne à Montréal: 416, rue McGill, Montréal, QC, H2Y 2G1
T: +1 514-866-3477 / F: +1 514-866-0456 /  quebec@centremusique.ca
 *     *     *
 À lire Pulsations en surface, certains ont pensé que je suis contre la chanson. C’est tout faux! Il y a plein de belles chansons et, dans le livre, je discute de la chanson en montrant comment elle a été «réquisitionnée» par une industrie… Les plus anciennes traces écrites de chansons en Occident datent du XIe siècle et, auparavant, il y avait des chansons de tradition orale: la chanson n'a donc pas attendue la Pop pour exister! https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_IX_d%27Aquitaine Je ne peux pas être contre la chanson pour une autre bonne raison : parce que j’en ai moi-même composées! On m’a souvent demandé si j’avais composé de la musique vocale. Oui, mais surtout chorale. Alors, on m’a redemandé si j’avais écrit des mélodies pour voix et piano. Non. Mais voilà qu’en 2017, j’ai composé mes premières chansons! Pour voix de femme et piano. Une nouvelle expérience de composition.

Je précise un point : en musique classique, ce type de pièces se nomme plutôt «mélodies», ou «lieder» en allemand. Je trouve que l’appellation «mélodie» crée un peu de confusion, parce qu’il peut y avoir des mélodies dans des pièces purement instrumentale. Mais au XIXe siècle, «mélodie» ou «lied» se sont imposés alors qu’en fait, il s’agit bel et bien de chansons : lied en allemand signifie chanson tout simplement. Il y a là une sorte de coquetterie, peut-être parce que le mot chanson fait un peu «populaire». Pourtant, à la Renaissance, on appelait chat un chat, et chanson une chanson. Les nombreux recueils imprimés de chansons polyphoniques publiés au XVIe siècle portent bel et bien le nom de chansons : les chansons de Clément Janequin, de Claude Le Jeune, etc. Alors j’ai décidé de désigner mes pièces de ce type comme des chansons : c’est ce qu’elles sont, et tant pis si aux yeux de certaines personnes ce beau mot fait «moins chic» que «mélodie».

Esquisse de Voiles, chanson opus 54 #3 (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN
Pourquoi je n'ai pas composé 
de chansons avant
J’avais souvent pensé écrire des chansons en fait, et j’étais certain que j’en composerais un jour. Mais je me heurtais constamment au même problème : je ne trouvais tout simplement pas de textes qui m’inspiraient. Beaucoup de poèmes sont déjà écrits dans une forme très précise, alors que je recherchais quelque chose qui me laisserait davantage de liberté sur le plan formel. Je ne tenais pas non plus à des poèmes en vers et avec des rimes, plutôt quelque chose s’apparentant à la prose, à de la prose poétique qui se moule mieux à l’irrégularité rythmique naturelle de ma musique. Mais sans longues phrases non plus... De plus, dans les poèmes que je lisais, il se trouvait toujours un mot ou une expression me laissant perplexe. Par exemple, un poème mentionnait des «bulles de savon» : je ne me vois pas mettre ça en musique! Finalement, il fallait que je me sente en communion spirituelle avec le contenu et, pour dire franchement, cela n’arrivait jamais…

(C) 2017 Coralie Adato
Mais voilà que j’ai rencontré la poésie de Coralie Adato – autiste comme moi (et qui dit joliment être «sur le spectre artistique»), poétesse, dessinatrice, musicienne… Un lien artistique autant que personnel. Donc, en juin 2017, j’ai composé ma première chanson qui porte, sans ironie, le titre L’unique chanson. C’est une chanson tendre, non mesurée, d’une durée de près de 3 minutes. La partie de piano est sobre : la ligne vocale prédomine. Pourtant ce dépouillement a été le résultat d’un travail minutieux et un peu laborieux. Je tenais à ce que chaque note soit essentielle et parfaitement à sa place. Pour certaines notes ou pour certains accords, j’ai longuement hésité : mettre ou ne pas mettre, écrire, effacer, réécrire, effacer de nouveau… Les pièces qui sonnent simples n’ont pas nécessairement été si simples à composer! Puis, quatre autres chansons sont nées dans la même lancée. Je les ai regroupées en un cycle intitulé Chants de l’Autre isthme (opus 54).  https://loindespetitescasesjevis.wordpress.com/


Vraiment des chansons!

Ces chansons sont écrites pour voix de femme, de type mezzo-soprano, et piano. En fait, elles peuvent être chantées autant par une voix «classique» que par une voix «pop». 
Les notes extrêmes de l’ambitus global sont rares. Le la grave ne se trouve que dans L’unique chanson (#4), le la aigu que dans Voiles (#3). Même si ce n’est pas usuel en chant classique, je préfère les «R» grasseyés aux «R» roulés. Mais si l’on tient à les rouler, j’aimerais que ce soit avec discrétion... Les «E» muets en fins de mots ne sont ni prononcés ni chantés, sauf mention contraire.

Ces cinq chansons peuvent être chantées séparément, mais elles forment un cycle cohérent qui raconte le parcours d’une femme, depuis l’abîme d’une crise (#1 et 2) jusqu’à la rencontre de Soi et de l’Autre (#5). L’ordre des chansons dans le cycle ne correspond pas à leur ordre chronologique de composition. Tant spirituellement que musicalement, aucune chanson ne pouvait suivre Deux continents qui, avec sa vaste durée de 12 minutes, fait office d’un grand finale. Le cycle complet dure environ 29 minutes, et la partition manuscrite compte 34 pages.

Ce sont de «vraies» chansons, avec toutes les caractéristiques du genre : des formes strophiques (mélodie répétée avec des paroles différentes), des alternances refrain / couplets (mais les refrains sont toujours sur de nouvelles paroles, contrairement à la norme), etc. L'accent est mis sur la voix: pour moi, une chanson, c'est un texte, une voix, un ou quelques instruments (davantage ne fait que surcharger sans raison, exception faite de cycles réellement symphoniques comme, par exemple, Le chant de la Terre de Gustav Mahler). On y trouve en plus du chant «normal», du humming (chant en bouche fermée), et du parler rythmé, proche du rap. La partie de piano est entièrement écrite, sans symboles d’accords : il y a d’ailleurs peu d’accords dans ces chansons. Les deux premières, celles de la crise, sont les plus affirmées sur le plan tonal : sol mineur et la mineur. Les trois suivantes montrent une tonalité beaucoup plus flottante, une tonalité aérienne, sans pesanteur : des oiseaux sont d’ailleurs évoqués dans ces trois chansons. Souvent l’affirmation d’une tonalité est liée à la sécurité, à la solidité, mais ici elle est tout au contraire associée à la crise et à une crise profonde. C’est donc la non affirmation tonale qui marque la libération et la guérison. Ces chansons sont radicalement diatoniques, y compris, à nouveau, celles de la crise. On n’y trouvera aucun chromatisme, mais quelques occasionnels «sauts» soudains de tonalité, et encore uniquement que dans les deuxième et cinquième. 


1. Regard. Quatre pages de partition manuscrite. Terminée le 2 août. Durée : c. 5 minutes. Regard se déroule dans une atmosphère fantomatique. Le piano n’accompagne la voix que par quelques Sol graves épars (le texte faisant poétiquement référence à l’anorexie, il m’était impensable d’écrire un accompagnement fourni), et des «refrains» pour lui seul séparent les strophes vocales. La mélodie vocale contient plusieurs «échos», de courts motifs répétés: elle est captive d'elle-même.
Ligne vocale de Regard. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN
Regard comporte un élément dramaturgique, ad libitum si cette chanson est interprétée seule, mais «obligé» lorsque le cycle entier est donné – je réserve la surprise à qui lira la partition. Je ne mentionne ici que le fait qu'à la fin de la chanson, la mélodie vocale se dépouille de ses échos pour apparaître «nue» et nous regarder droit dans les yeux.
Section pour piano seul dans Regard (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

Regard est nettement en sol mineur, mais elle se termine sur un fa – un fa qui n’est pas suspensif, mais qui clot fermement la pièce.
(c) 2017 Coralie Adato
Extrait du poème :

Cette femme me ressemble,

Tout comme moi,

cette femme tremble, morte de froid.

Cette femme est là

Si près de moi

Cette femme me voit

On s’aperçoit

Regards croisés

Interposés

Corps décharnés

Déracinés

Cette femme s’approche de désarroi

Cette femme s’accroche

et ne sait pas…
(c) Coralie Adato SOCAN






2. Jonquilles. Quinze pages de partition manuscrite. Terminée le 11 septembre. Durée : c. 5’30  
Jonquilles est largement en parler rythmé, presque comme du rap, ce qui porte bien, je trouve, l’agitation et le désarroi des paroles : l’absence de mélodie symbolise la négation de la personne. 
Parler rythmé, comme du rap, dans Jonquilles. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

La chanson est en La mineur, mais les refrains, seuls moments chantés, sont en Sol mineur. 
«Refrain» de Jonquilles, cette fois chanté. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

C’est aussi la seule chanson à être explicitement mesurée : les barres de mesure symbolisent les barreaux d’une prison et l’enfermement, l’internement dont il est question dans le texte. Contrepied : le beat, la pulsation égale sont vus comme des signes de «fête» dans la musique qui m’environne; mais ici, ils sont oppression et réclusion. La mesure dominante en est une à cinq temps. En Europe de l’Est où de tels rythmes irréguliers abondent dans la musique traditionnelle, ils sont dits «rythmes boiteux». C’est parfaitement en harmonie avec la dureté des paroles dont voici un extrait :
(C) Coralie Adato
... J'ai envie de mordre maintenant, 
envie d'écraser, envie de tuer. 
Des canines longues et acérées me poussent, 
je sens la salive monter, 
j'ai faim de vengeance, de destruction. 
J'ai envie de vomir, j'ai la nausée et mes tripes font la fête. 
Je dois me la fermer, même dans mon silence si lisse, je parle trop haut. Je dois fermer les yeux, le nez, 
tous les pores parce que mes mots sortent de partout. 
Je veux en finir, vite, partir, l'angoisse devient trop forte.
J'ai envie de me lacérer, j’ai envie de mourir. Si proche de m’ouvrir. J’aimerais me faire du mal, mais je n’ai même plus le droit d’agir sur mon propre corps dans ce lieu qui rend fou.  
Je vais m'effondrer, j'ai un tsunami au bord des paupières. Je secoue ma bombe lacrymogène.
Révolte lisse, rien ne paraît, je souris même à l'infirmière qui passe. Menteuse, je ne suis qu'une menteuse, 
tu as envie de t'exploser sur les murs mais non, tu restes immobile.  
Je continue juste à remonter la mécanique 
dans une boîte sans musique. 
Tout est rouillé.  
Je ne m'en sortirai jamais, je serai toujours dans ces couloirs désespoirs couleur de prune trop mûre... (c) Coralie Adato SOCAN
Vers la fin, le piano percute des notes graves, comme des «slap» de basse électrique:
Avec des notes graves percutées, comme des «slap» de basse électrique. Jonquilles. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

La conclusion est abrupte, dans les mots et dans la musique qui vient se fracasser sur la double barre terminale: 
Conclusion abrupte de Jonquilles. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

3. Voiles. Trois pages manuscrites. Terminée le 9 août. Durée : c. 3’45. Autant Jonquilles est un monde clos, autant Voiles est libre. La voix chante sa mélodie sans se préoccuper du piano. Le piano est comme une flûte : sa partie se déroule uniquement dans l’aigu, et à la main droite seule – elle est notée sur une seule portée. J’ai multiplié les indications à l’intention des interprètes pour que ceux-ci jouent librement. Non seulement il n’y a pas de mesures, mais voix et piano ne doivent pas être synchrones l’un par rapport à l’autre. 
Début de Voiles, «très librement»! (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

Tout au plus se trouvent quelques points de rendez-vous marqués par des lignes verticales pointillées. À ce rythme aérien répond une harmonie toute aussi aérienne. Il y a un Fa dièse à l’armure, mais la chanson n’est pas en Sol majeur. L’unique accord de la pièce intervient à la toute fin, et c’en est un de Ré majeur. À nouveau, ce traitement musical m’a été inspiré, presque dicté, par les paroles (superbes) dont voici un extrait :
(C) Coralie Adato
Demain peut-être, j’oserai partir,

ouvrir la cage et m’envoler.

Les anges m’ont prêté leurs ailes, les oiseaux leur esprit.

Demain sûrement, je partirai.

Il n’y aura plus personne pour me retenir,

pour m’empêcher de fuir.

Mes ailes danseront au chant du ciel,

et j’irai me poser, me reposer sur les branches des étoiles.

Là, je me dénuderai de mes derniers voiles (...)
(C) Coralie Adato SOCAN







4. L’unique chanson. Trois pages manuscrites. Terminée le 30 juin. Durée : c. 2’50. Cette quatrième chanson se termine sur un accord de La mineur, mais je ne sens pas vraiment cette chanson en La mineur. C’est la plus simple des cinq chansons, sur tous les plans. La mélodie semble tourner sur elle-même («… l’unique chanson qu’elle connaissait…») mais, en fait, elle ne se répète jamais textuellement. 
La simplicité de L'unique chanson. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN
(C) 2017 Coralie Adato
Extrait du poème :

C’était l’unique chanson qu’elle reconnaissait…

Un oiseau, un papillon, quelques œufs de couleurs…

Elle la répétait, comme un refrain,

glissant parfois au ton voisin…

Mais c’était l’unique chanson qu’elle connaissait par cœur,

qu’elle fredonnait comme un bourdon (...)
(C) Coralie Adato SOCAN










5. Deux continents.  
(C) 2010 Antoine Ouellette SOCAN
Neuf pages manuscrites. Terminée le 18 août. Durée : c. 12 minutes La cinquième chanson est sans tonalité affirmée du tout, sinon son «refrain» qui semble en ré mineur… Une bonne partie de son champ harmonique dérive d’un accord particulier que j’avais tout d’abord exploré dans Musica autistica (opus 46), puis dans Océane (opus 52, dont je reparlerai). Cet accord représente pour moi un état de calme, d’équilibre, alors qu’il n’est pourtant relié à aucune tonalité affirmée. 

Une autre partie importante de l’harmonie de la pièce repose sur un «accord de paix», dont je vous parlerai un jour. En fait, mes harmonies sont ainsi, plutôt des états que des fonctions tonales. Deux continents dure 12 minutes : elle ne jouera pas de sitôt à la radio! C’est comme un grand finale pour ce cycle de chansons. Elle est presque «symphonique» de conception. 
La liberté rythmique du piano, non synchrone avec la voix: Deux continents. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

Des cinq chansons, c’est celle où le piano est le plus volubile, à l’opposé du piano discret et presque ascétique de Regard. Tout l’ambitus de l’instrument est exploité, et des traits le parcourent rapidement d’un bout à l’autre. J’ai mis ces mots au début à l’intention du pianiste : «Comme des vagues, de l’écume, des embruns… Beaucoup de relief et de couleurs dans le phrasé, l’articulation, le toucher, la dynamique». 
Extrait de Deux continents. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

Les trois œuvres que j’ai composées en 2017 doivent quelque chose à l’océan. La ligne vocale tourne sur quelques notes au départ mais par la suite, elle aussi, se délie considérablement.
«Refrain» de Deux continents. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN

Deux continents semble faire la somme, le bilan, des chansons du cycle. Car c’est aussi celle où le rythme est le plus varié. Si je n’y ai pas mis de barres de mesure, certaines phrases sont bien métriques; mais d’autres sont très libres où voix et piano vont de façon non synchrone (comme dans Voiles). Mais ce bilan en est un d’ouverture : une ouverture sur un pays neuf et vaste. 
Conclusion de Deux continents. (C) 2017 Antoine Ouellette SOCAN
Extraits du poème :

(C) Coralie Adato
Mais toute cette distance immense
quand j’y pense

Se resserre dans l’Air,
l’espoir en trajectoire

De moi à toi, il noue à genoux un Nous

(…)

Irons un jour
Aurons Amour
en ailes
comme hirondelles

Nous envolerons
Nous enlèverons
Et lèverons.

(…)

Ces voiles grises, qui les y a mises ?

La banquise se brise
et fond au fond
en guise de larmes

Ce charme
Il reste un geste
à entendre, à étendre

(C) Coralie Adato SOCAN