MUSIQUE (Composition et histoire), AUTISME, NATURE VS CULTURE: Bienvenue dans mon monde et mon porte-folio numérique!



lundi 1 avril 2019

TRIDUUM / 3. LA DERNIÈRE CÈNE (opus 55)

Triduum. Cycle sacré (opus 50, 51, 55 et 57)

2. La dernière Cène (opus 55)

Pour voix de femme soliste, choeur mixte, violon, percussions (vibraphone, bol tibétain)

Pour un texte d'introduction à Triduum:

Voici la liste des œuvres formant Triduum :
 
Un prélude inspiré du Dimanche des Rameaux qui ouvre la Semaine Sainte avec l'Entrée du Christ à Jérusalem :

Acclamations. Pour cor (ou 4 cors) et percussions (opus 51; 2016). Durée : c. 6 minutes.

Trois «journées» :

Pour le Jeudi Saint :

La dernière Cène. Cantate pour mezzo-soprano, chœur mixte, violon et percussions – le vibraphone prédomine (Opus 55; 2018). Durée : c. 30 minutes.

Pour le Vendredi Saint :

Paroles en Croix. Cantate pour mezzo-soprano, clarinette, violoncelle, orgue et percussions (Opus 50; 2016). Durée : c. 26 minutes.

Pour la Veillée pascale :

Vigiles. Cantate en forme de trois danses sacrées. Pour chœur mixte, flûte, clarinette, cor, piano et percussions (Opus 57; 2019). Durée : c. 32 minutes. 
 

En
Simon Ouchakov, École de Moscou, XVIIe siècle
2018, j’ai composé La dernière Cène. Pour le texte, j’ai condensé ce que rapportent les quatre récits évangéliques du repas pascal où Jésus fait ses adieux à ses disciples, avant d’être arrêté, torturé, condamné, avant d’être crucifié et de ressusciter. La part la plus importante du texte provient du grand discours que Jésus a alors livré à ses disciples et qui est rapporté par l’évangéliste saint Jean. Cette dernière Cène comprend des moments marquants. Par exemple, Jésus, le Maître, se fait serviteur jusqu’à laver les pieds de ses disciples malgré les protestations de certains qui ne comprennent pas un tel «abaissement» - mais Dieu avait pourtant posé l’«abaissement» suprême en se faisant homme parmi les hommes, en s’Incarnant : «Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres», c’est-à-dire donner sans rien exiger, donner le meilleur de soi. Autre exemple : la trahison de Judas, soit la trahison d’un proche, de quelqu’un en qui toute confiance avait été placée. Plusieurs commentateurs ont tenté d’imaginer toutes sortes de bonnes raisons pour justifier le geste de Judas, pour le «comprendre», quitte à forcer le contexte. Mais les Évangiles disent l’essentiel : Judas a agi pour de l’argent et sous l’influence du Mal. Dernier exemple : ce fut lors de ce dernier repas que Jésus a consacré le pain et le vin, que Jésus a donc institué l’Eucharistie, le Don de sa vie pour le salut du monde : «Prenez ce pain et mangez. Ceci est mon corps livré pour vous». Ce geste et ces paroles scandalisent encore aujourd’hui! «Les Chrétiens mangent leur Dieu!». Pourtant, le Dieu «créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible» est bel et bien là dans le pain consacré partagé lors de la communion.

L’œuvre compte sept sections enchaînées :

1. Avant la Pâque

2. Le lavement des pieds

3. La trahison

4. L’Eucharistie

5. Le chemin

6. Paix Amour Esprit

7. Vie éternelle


À l’exception de la première partie (Avant la Pâque) qui est narrative, le chœur chante les paroles des disciples : c’est la communauté, celle aux côtés de Jésus à l’époque et aussi celle qui, depuis et de par le monde, a choisi de poursuivre la route avec lui. Pour Jésus, j’ai choisi une voix de mezzo-soprano, une voix de femme donc, et non d’homme. Pourquoi?! Ce choix s’est imposé dès le départ comme une évidence, une évidence artistique irrésistible. Il ne faut voir en ce choix aucune intention revendicatrice. La voix de femme crée ici une distanciation qui empêche la musique de donner dans le naturalisme. Elle souligne le caractère tout à fait exceptionnel et mystique de ce dernier repas partagé. 
 
La dernière Cène, par Le Tintoret

La voix soliste, donc les paroles de Jésus, sont souvent accompagnées par le violon solo. Par le fait que l’on doit frotter ses cordes et lutter contre leur résistance, le violon symbolise la condition terrestre de l’âme qui lutte pour parvenir à la Lumière – c’est ce que disait déjà sainte Hildegarde des instruments à archet dès le XIIe siècle. Instrument de percussion le plus utilisé dans cette œuvre, et de loin, le vibraphone accompagne souvent lui aussi les paroles de Jésus. Sa sonorité étrange évoque en sons le rayonnement spirituel du Christ : le vibraphone auréole littéralement les paroles portées par la voix.

La dernière Cène n’est pas opératique. J’espère que cette musique est expressive, mais cette expressivité n’est pas d’essence théâtrale ou dramatique. Même si ce n’est formellement pas une œuvre liturgique, son ton est proche de celui d’une liturgie.

La première section (Avant la Pâque) est exclusivement chorale et elle est très sonore. Elle fait entendre d’emblée la mélodie principale de toute l’œuvre.
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
Je disais que la «tonalité» de La dernière Cène est fa mineur. Mais c'est un fa mineur passablement indéterminé qui ne s'affirme vraiment jamais. Les premières mesures pourraient presque être dites en do mineur (avec d'ailleurs trois bémols à l'armure et non quatre). En d'autres moments, ce fa mineur se fait presque sol mineur. Aussi en des instants «stratégiques» de l'oeuvre, un ré majeur tend à devenir le pôle principal - ce sera le cas notamment lors de la consécration du pain et du vin (voir ci-bas), et encore à la toute fin. Le mot «pâque» signifie «passage»; cette fête est celle d'un passage, d'une transformation. La tonalité manifeste ce passage et, dans la trajectoire de l'oeuvre, elle passe, elle se transmute de fa mineur en ré majeur. 
Les deux sections suivantes sont plus intimes. Après un conduit du violon, Le lavement des pieds fait entendre le dialogue entre Jésus et ses disciples, donc entre la voix soliste et le chœur: 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
 … dans La trahison, le violon introduit des notes anxieuses – je n’ai pas titré La trahison de Judas, mais La trahison tout court : c’est notre trahison tout autant.

L’Eucharistie s’ouvre au contraire sur des harmonies sereines et «pleines». 
 
La partie de piano, en bas, n'est que pour les répétitions et le travail choral. (C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
Mais la musique se dépouille lorsque Jésus consacre le pain puis le vin, jusqu’à se restreindre à un coup sur un bol tibétain. 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
Quel timbre possède cet instrument! Je remercie Chantal Côté et Nathalie Péloquin qui m’ont permis de jouer de leurs bols et de m’extasier de ces résonances sublimes. 

Les trois sections suivantes représentent une montée progressive, dans un spectre sonore qui va s’élargissant. Ce sont aussi les sections les plus développées. La section 5, Le Chemin, amplifie le dialogue entre Jésus et ses disciples amorcé dans Le lavement des pieds. Le dialogue est ici plus serré et l'émotion des disciples plus intense: «Même si tous viennent à tomber, je ne tomberai pas! Même si je dois mourir avec Toi, je ne te renierai pas!». 
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
Il mène à un sommet sonore sur ces paroles hautement scandaleuses de Jésus : «Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie»
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
Mais l’heure de la Passion approche, et le violon anxieux clôt cette section en dialogue avec des tremblements des basses du chœur. 
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN

(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
La section 6, Paix Amour Esprit, reprend les harmonies de L’Eucharistie, mais d’une manière plus grave, solennelle même, avec des notes graves en bourdon (comme les notes tenues d’un organum ou l’ison du chant byzantin). 
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN

 
Cette section contient d’autres paroles fortes du Christ : «C’est la paix que je vous laisse, c’est ma paix que je vous donne. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne, car mon Royaume n’est pas de ce monde» - combien ont la tentation de réduire le Royaume de Dieu à une sorte d’ordre mondial politique, ou à voir chacun de leur geste comme construisant en ce monde le Royaume : «Mon Royaume n’est pas de ce monde»… «Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés» : quelle phrase et quelle invitation!
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
... Jésus anticipait des réactions, ce qui mène au sommet sonore suivant : «À présent ils ont vu, et cependant ils sont pleins de haine contre moi et contre mon Père. Ils m’ont haï sans raison», ce à quoi j’ai ajouté ces mots de saint François d’Assise, peut-être le saint le plus proche du Christ : «Ils ont haï l’Amour!»
La section se termine sur de douces vagues de résonances étranges au vibraphone, alors que Jésus promet à ses disciples la venue de l’Esprit-Saint.

La dernière section, Vie éternelle, est la plus rayonnante. Le violon y joue un rôle essentiel, presque soliste, même soliste en fait! Pour cette section, j’ai emprunté la mélodie grégorienne Tantum ergo (traditionnellement chantée lors de l’office du Jeudi saint), dont des fragments sont confiés au chœur; mais elle est surtout tenue par le violon, dans un tempo différent et plus libre de celui des voix, et qui la joue sous la forme d’une danse de tempo modéré, alors que le vibraphone égrène ses notes irrégulièrement comme un carillon céleste. Il n’y a pas du fugue ici, mais je suis tenté de croire que cette section compte parmi ce que j’ai fait de mieux en matière de contrepoint et de polyphonie.  
 
(C) 2018 Antoine Ouellette SOCAN
 
«Qui vient à moi n’aura jamais faim; qui croit en moi n’aura jamais soif». Jésus assure ses disciples : «Vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie». Il les appelle aussi à l’unité dans l’Esprit, devant le Père : «Qu’ils [mes disciples] soient un comme nous sommes un, moi en eux et Toi en moi». Sur un solo orné du violon et une harmonie étrange tenue par le chœur, Jésus termine : «Après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée».

La dernière Cène, par Rubens. Judas vous regarde!


Source des illustrations: Wikipédia (Domaine public, PD-US) et collection personnelle.